Liberté pour les chrétiens d’Algérie !

Liberté pour les chrétiens d’Algérie !

Nous sommes en plein Ramadan et si plusieurs organisations évangéliques encouragent les chrétiens à prier pour que le monde musulman s’ouvre et découvre le message biblique, il faut reconnaître que l’islam radical pose un regard différent sur ce que le christianisme représente.

Alors que la presse nous a abreuvé de frivolités autour d’un mariage princier, quelques rares journaux français ont fait remonter une information sur la situation dramatique des évangéliques en Algérie. Changement d’ambiance !

2 ans de prison ferme pour 3 bibles

Le gouvernement algérien a envoyé en France 100 Imams pour toute la durée du Ramadan et, dans le même temps, a durci son attitude à l’encontre des chrétiens en Algérie.

Exemple récent (16 mai 2018) : un algérien chrétien – ancien musulman – de la région d’Oran, a été condamné à deux ans de prison ferme et à une amende correspondant à cinq mois de salaire moyen, pour avoir été en possession de 3 bibles. À la question du tribunal : « Si un musulman vous avait demandé une Bible, la lui auriez-vous donnée ? », l’homme a répondu « Oui ! » Or, depuis 2006, une ordonnance de la République Algérienne dit, en substance : « Est puni quiconque incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion, ou en utilisant à cette fin des établissements d’enseignement, d’éducation, de santé, à caractère social ou culturel, ou institutions de formation, ou tout autre établissement, ou tout moyen financier. »

Sommes-nous dangereux ?

Mustapha Krim, pasteur et ancien président de l’Église Protestante d’Algérie, s’insurge : « En France, les musulmans obtiennent des droits et nous, chrétiens algériens, on nous les enlève. » Et de s’interroger : « Comment nos 45 lieux de culte et nos 60 000 fidèles seraient-ils une menace face à 35 000 mosquées et à 41 millions d’habitants ? »

Nous, chrétiens de France et d’Europe, nous sommes au bénéfice de démocraties où la liberté de conscience, la liberté de culte, la liberté d’expression chèrement acquises – et qui peuvent être perdues. Ne devrions-nous pas faire pression sur nos instances politiques pour qu’elles pèsent de leur pouvoir et de leur légitimité, pour réclamer au moins un peu plus de justice et de liberté là où elles peinent à être respectées.

Pas seulement la tolérance !

Dans la France troublées, bouleversées, ensanglantée de 1789, Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne prononçait un discours remarquable à l’Assemblée Nationale. Ce discours reste d’une brûlante et pertinente actualité, et il faudrait que, transposé, il puisse retentir dans bien des pays du monde, et pas seulement en Algérie :

« Messieurs, les Protestants font tout pour la patrie ; et la Patrie les traite avec ingratitude Ils la servent en citoyens ; ils en sont traités en proscrits. Ils la servent en hommes que vous avez rendu libres ; ils en sont traités en esclaves. Mais il existe enfin une Nation Française, et c’est à elle que j’en appelle, en faveur de deux millions de Citoyens utiles, qui réclament aujourd’hui leur droit de Français. Je ne lui fais pas l’injustice de penser qu’elle puisse prononcer le mot d’intolérance ; il est banni de notre langue, où il n’y subsistera que comme un de ces mots barbares et surannés dont on ne se sert plus, parce que l’idée qu’il représente est anéantie. Mais, Messieurs, ce n’est pas même la Tolérance que je réclame ; c’est la Liberté ».

Nous aussi !

Pourquoi ne pas envoyer, individuellement, un message d’encouragement aux chrétiens d’origine musulmane en Algérie, en adressant un courrier au président de l’Église Protestante d’Algérie ?

C’est ce que je vais faire, tout simplement, et bien fraternellement, en passant par un relai sûr et discret. Et je suis prêt à transmettre, de la même façon, tous vos messages pour qu’ils atteignent vraiment les chrétiens d’outre Méditerannée.

Partager

Laisser un commentaire

Fermer le menu