Saraï (4)

Avec musique
Sans musique

“Vois, je te prie : le Seigneur n’a pas permis que j’enfante. Va donc vers ma servante…” Gn 16.2

Saraï a désormais près de 75 ans et son mari 85. Et toujours pas d’enfant. De plus, Saraï se sait stérile depuis longtemps. Le miracle est donc de moins en moins possible. Aussi, Saraï pense qu’il faut agir et provoquer ce qui ne vient pas. Elle propose à Abram de faire un enfant à sa servante et d’adopter cet enfant comme s’il était le sien. Ainsi, par cet enfant, la postérité d’Abram pouvait commencer. La servante n’est rien moins que la première mère porteuse de l’Histoire. Ce scénario, même s’il nous semble plutôt scabreux, est un scénario qu’Abram accepte. De la même façon que Saraï avait accepté de se faire passer pour sa sœur, Abram accepte la proposition de son épouse qui l’invite avec un “je te prie” qui ressemble bien à celui de Genèse 12. 13. La suite de l’histoire nous montre que cette initiative, si elle semble généreuse, est une terrible erreur dont les conséquences seront énormes et durables. Il serait mal venu de notre part de critiquer le manque de patience de Saraï. Il est évident qu’elle cherche à permettre à son époux d’être enfin le père d’un début de multitude. Ne se sentant pas capable d’être l’instrument de Dieu, elle se substitue à Luipour que cette mission impossible soit reportée sur une personne plus compétente, sa servante. Quand les promesses de Dieu tardent et que les années passent, le découragement peut remplacer la foi. On peut aussi penser être capable d’agir à la place de Dieu et provoquer des événements pour accomplir ce que l’on croit avoir compris de ses intentions. Saraï prie son mari comme un jour Abram avait prié sa femme : ce qui semble bien sympathique dans la complicité du couple s’avère être, à deux reprises, une erreur fatale. Plutôt que de se prier mutuellement, pensons à prier directement Dieu pour qu’Il éclaire nos réflexions et nous conduise dans les actions justes.

B-1 an : Ct 1-2 & 2 Co 4

B-2 ans : Jr 17-18

Partager

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email