Sacrifice ? Quel sacrifice ?

Avec musique
Sans musique

“Je considère tout comme une perte à cause de la supériorité de la connaissance de Jésus-Christ, mon Seigneur.” Ph 3. 8

David Livingstone est connu pour son exploration de l’Afrique, et pour avoir été le premier Européen à voir les chutes du Zambèze qu’il nomma chutes Victoria en l’honneur de sa reine. Mais la vraie raison de ses voyages était de porter l’Evangile dans les contrées les plus reculées du continent. Né en 1813, il dévoua sa vie au service du Christ. Certains doutaient de la sincérité de son œuvre missionnaire. En 1857 il prononça un discours devant les étudiants de l’Université de Cambridge, expliquant pourquoi il avait “laissé derrière lui le privilège d’une vie en Angleterre”. En voici un extrait: “Je n’ai jamais cessé de me réjouir de ce que Dieu m’avait choisi pour cette mission. Les gens parlent du “sacrifice” que j’ai fait en passant tant d’années de ma vie en Afrique… Est-ce vraiment un sacrifice, quand une telle expérience s’inscrit dans une activité saine et privilégiée, s’accompagne du sentiment de bien agir et d’une paix profonde, sans parler du bel espoir de connaître une destinée glorieuse dans l’au-delà ? On ne saurait parler de sacrifice, mais plutôt d’un privilège. La peur, les souffrances, les dangers ici ou là, l’abandon des conforts et plaisirs de cette vie nous font parfois marquer une pause, font chanceler notre esprit et trembler notre âme, mais ce n’est qu’un moment passager. Tout cela ne compte pour rien en comparaison de la gloire qui sera révélée pour nous et à travers nous. Non, je n’ai jamais fait le moindre sacrifice !” Livingstone ne cacha jamais les difficultés et souffrances qu’il avait endurées, mais en comparaison de la gloire future, elles ne comptent pour rien, ne représentent aucun sacrifice. Il faisait ainsi écho aux paroles de Paul “Je considère tout comme une perte à cause de la supériorité de la connaissance de Jésus…” Suivre les pas de Jésus n’est pas vraiment un sacrifice, si l’on songe aux bénédictions qu’Il nous promet et à la joie de mieux Le connaître ! Ne croyez-vous pas ?

B-1 an : Jr 49-50 & 1 Tm 5

B-2 ans : Ps 118 & Ac 17

Bible 1 an :
Bible 2 ans :

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email