• Défis, choix et conséquences (2)
  • Défis, choix et conséquences (2)

    “quiconque entend de Moi ces paroles et les met en pratique sera comme un homme avisé qui a construit sa maison sur le roc…” Mt 7. 24

    Un jour Jésus raconta cette parabole : “quiconque entend de Moi ces paroles et les met en pratique sera comme un homme avisé qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont précipités sur cette maison : elle n’est pas tombée, car elle était fondée sur le roc. Mais quiconque entend de Moi ces paroles et ne les met pas en pratique sera comme un fou qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison : elle est tombée, et sa chute a été grande” (Mt 7. 24-27). Jésus souhaitait nous dire : “Choisissez bien le terrain sur lequel vous établirez la fondation de votre vie”. La fondation d’une maison n’est pas la partie la plus excitante de la bâtisse. Quand les murs émergent, que les fenêtres apparaissent, la maison prend forme, mais sans une fondation solide, tout peut arriver en cas de tempêtes. Celles-ci peuvent prendre la forme de vagues de tentations qui risquent de vous submerger, ou d’attaques plus insidieuses, comme une tragédie qui entre dans votre vie et mettra votre foi à l’épreuve. La seule fondation alors valable, le seul roc est Jésus-Christ. Ni votre église, ni votre famille ne pourront Le remplacer. En Lui seul vous pourrez vous appuyer pour essuyer la tempête et survivre. Vous connaissez l’histoire de la tour penchée de Pise. En 1173 un architecte du nom de Pisano entreprit sa construction, sans vérifier la solidité du terrain et calculer si celui-ci pourrait soutenir le poids d’une telle construction, d’où son inclinaison. Une autre tour moins connue, le campanile de la place St Marc à Venise, fut lui aussi érigé comme le reste de la ville sur des pieux empilés dans la vase de la lagune. Là encore l’architecte ne prit pas en compte le poids de l’édifice haut de près de 100 mètres sur des fondations loin d’être solides. Résultat : le campanile s’effondra le 14 juillet 1902, ne laissant qu’un tas de décombres. Il fut reconstruit plus tard, mais la valeur d’une fondation sur le roc n’est plus à démontrer !

    Ajouter comme favoris (1)
    Please login

    No account yet? Register