Tu m’as appris à aimer !

Avec musique
Sans musique

“L’amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.“ 1 Jn 4.7

Dr James Dobson cite dans l’un de ses livres cette lettre de reconnaissance écrite à l’intention d’une petite fille appelée Bristol, par son propre père : “Ma chère Bristol, avant que tu sois née, j’ai prié pour toi. Dans mon cœur je savais que tu serais un petit ange, et tu l’es ! Tu m’as appris à aimer. Je t’aimais quand tu étais si mignonne et jolie. Je t’aimais quand je me suis rendu compte que quelque chose allait de travers, que tu ne te développais pas aussi rapidement que les autres. Je t’aimais quand on te déplaçait d’hôpital en hôpital, cherchant un peu d’espoir et bien entendu nous priions pour toi. Nous n’avons jamais cessé de prier pour toi. Je t’aimais quand tu te mordillais les doigts et les lèvres par accident, quand tes yeux ont commencé à loucher avant de devenir aveugles. Je t’aimais quand la scoliose s’est mise à torturer ton petit corps comme un fétu de paille, et qu’on a dû te mettre un tuyau dans l’estomac pour te nourrir. Je t’aimais quand tes membres tordus rendaient presque impossible de changer tes langes sales. Tant de langes, dix ans de langes sales… Je t’aimais même quand tu ne pouvais prononcer les seuls mots que j’aurais tant aimé t’entendre prononcer : “Papa, je t’aime !” Je t’aimais quand j’étais si proche de Dieu et qu’Il semblait si loin de moi, quand j’étais rempli de foi et aussi quand j’étais en colère contre Lui… La raison de mon amour pour toi, c’est que Dieu a placé cet amour en moi. La plus grande merveille de l’amour de Dieu c’est qu’Il nous aime quand nous sommes aveugles, sourds ou tordus, dans notre corps ou dans notre esprit. Il nous aime quand nous ne pouvons pas Lui dire que nous L’aimons en retour. Ma chère Bristol, maintenant je suis libre, autant que toi. Je suis si heureux que tu aies reçu ta couronne en premier ! Un jour nous te suivrons, selon Son agenda à Lui. Avant que tu sois née j’ai prié pour toi. Je savais que tu serais un ange, et c’est ce que tu as été pour moi. Ton papa qui t’aime.”