Tel père, tel fils ? (1)

Avec musique
Sans musique

“Celui qui prétend demeurer en Lui, il faut qu’il marche lui-même dans la voie où Lui a marché.” 1 Jn 2.6

Hénoch naquit seulement quelques siècles après l’expulsion d’Adam et Eve du jardin d’Eden, mais la civilisation humaine était déjà corrompue et violente. L’un de ses contemporains, Lémek s’enorgueillissait ouvertement de son attirance pour la polygamie et le meurtre (Gn 4. 23-24). La vie d’Hénoch par contre, se définit par une seule phrase : il mar- cha avec Dieu. Il se démarqua de ses contemporains en refusant tout compromis avec eux. A une époque où la société des hommes s’était éloignée de Dieu, s’enfonçant chaque jour un peu plus dans la dépravation et l’immoralité, Hénoch voulait juste plaire à Ce dernier : “avant son enlèvement… il avait reçu le témoignage qu’il avait été agréable à Dieu” (He 11. 5). Et cela pendant 300 ans, sans discontinuer ! Certes la nature dans laquelle évoluait Hénoch était très différente de la nôtre. La pollution que nous connaissons n’existait pas encore et le climat était bien plus agréable. Malheureusement les hommes s’étaient vite abandonnés à une pollution morale peu différente de la nôtre. Imaginez vivre plusieurs siècles, sans cesse tenté par mille formes de péchés ! Mais que signifie “marcher avec Dieu”? Souvenez-vous qu’Adam, avant la chute, jouissait de la compagnie physique de Dieu (Gn 3. 8). Cette communion ne dura pas. Adam fut chassé d’Eden et perdit le contact direct avec Dieu. Et la race humaine s’éloigna toujours davantage de Lui, jusqu’au jour où Hénoch retrouva cette communion intime avec Dieu. Comment ? Par la foi il bénéficia du pardon de ses péchés et de la grâce divine à son égard. Loin des futurs rituels religieux de la loi mosaïque, Hénoch devait avoir compris que la communion était une relation pro- fonde, personnelle et quotidienne avec Dieu. Rien n’a changé aujourd’hui. Marcher avec Dieu implique toujours une relation quotidienne avec Jésus fondée sur notre obéissance à Ses commandements et au désir de L’imiter dans notre démarche en ce monde.

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email