Tel père, tel fils ? (1)

Avec musique
Sans musique

Hénoch marcha avec Dieu ; puis il disparut, parce que Dieu le prit… La totalité des jours de Mathusalem fut de neuf cent soixante-neuf ans ; puis il mourut.” Gn 5. 24, 27

Mathusalem ne connut pas d’autre père qu’un homme profondément dévoué à Dieu, car la Bible nous apprend qu’Hénoch se mit à “marcher avec Dieu” à la naissance de son fils (v. 22). Peut-être la naissance de son premier enfant bouleversa-t-elle le cœur d’Hénoch au point qu’éperdu d’admiration devant le miracle de la vie et de reconnaissance envers ce Créateur qu’il connaissait à peine, il décida d’en faire son guide pour le reste de sa vie ? Peut-être un déclic se produit-il dans sa tête qui l’amena à rechercher la présence de Dieu et à vouloir Lui obéir totalement. La Bible ne nous dévoile rien sur son parcours intérieur jusqu’à l’âge de 65 ans. Un détail digne d’intérêt nous renseigne pourtant sur la destinée unique d’Hénoch : il nomma son fils Mathusalem qui signifie selon Dr H. Morris “A sa mort, le jugement”. Il semble ainsi qu’Hénoch fut le premier prophète de Dieu à annoncer le jugement à venir. Son fils continua son témoignage après la “disparition” de ce dernier, sa vie, la plus longue jamais enregistrée pour un humain, reflétant l’immense patience divine, ne “voulant pas qu’aucun méchant ne périsse, mais qu’il vienne à la repentance” (2 P 3. 9). Mathusalem mourut la même année que survint le déluge, son petit-fils, Noé, ayant porté le même message que lui au sein d’une génération corrompue et vouée à la destruction. Quel héritage Hénoch avait-il laissé à son fils, petit- fils et arrière-petit-fils ! Jude écrit à son propos : “Hénoch… a prophétisé… en disant : le Seigneur viendra avec Ses anges par dizaines de milliers, afin d’exercer le jugement sur tous les humains” (Jude 14-15).

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email