Sous la malédiction de Dieu (2)

T’u as les yeux trop purs pour voir le mal…” Ha 1. 13

La Bible nous déclare que la sainteté de Dieu ne Lui permet pas de contempler le mal ou le péché. Il ne peut pas accepter de voir l’immense et monumentale concentration de péchés qui ont pesé sur les épaules de Christ au moment de la crucifixion. Ses yeux pleins de dégoût se détournent alors de Son fils supplicié. Tout sentiment de bénédiction et d’amour envers Son fils disparaît de Son cœur. A sa place, tout le poids de la malédiction divine s’abat sur ce dernier. Sproul ajoute : “C’est comme si un cri tombait du ciel – pardonnez-mon language, mais rien d’autre ne peut exprimer mieux la réalité de ce moment – un cri qui tombe des lèvres de Son père et qui résonne dans les oreilles de Jésus : “Maudis sois-Tu !” Voilà ce que signifiait pour Lui être abandonné de Dieu, écrasé sous le poids de Sa malédiction, l’objet de l’anathème divin, en un mot, damné.” Tout homme, toute femme qui n’est pas au bénéfice de la justice de Jésus, se retrouve sous le coup de la malédiction éternelle de Dieu. La profondeur de l’Evangile est dans cette vérité : la sainteté de Dieu ne peut tolérer le péché et exige une malédiction implacable. Jésus l’a endurée pour que nous puissions y échapper. Prêcher l’Evangile exige que nous affirmions cet aspect du caractère de Dieu. Si nous ne comprenons pas la sévérité de la malédiction divine, comment pouvons-nous apprécier à sa juste valeur l’immensité de la grâce divine ? Si nous ne comprenons pas combien est grande la sainteté de Dieu, et combien notre nature pécheresse répugne à Dieu, comment pouvons-nous réaliser combien il en a coûté à Jésus pour nous racheter ?

Bible 1 an :
1 S 15-16 & Mt 25
Bible 2 ans :
Ez 21-22

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email