Le pardon divin (1)

“Nous avons des dons qui diffèrent selon la grâce qui nous a été accordée…” Rm 12. 6

Y a-t-il une limite au pouvoir de pardon de Dieu ? Le 2 septembre 2020 mourut, à Phnom Penh, au Cambodge, un ancien tortionnaire du régime des Khmers Rouges, responsable de la torture et de l’exécution de plus de 15 000 prisonniers dans la tristement célèbre prison de Tuol Sleng. Il s’appelait Kang Kek lew, plus connu sous le nom de code de “camarade Douch”. Après la chute du régime de Pol Pot à la fin des années 70, Kang disparut dans la jungle thaïlandaise, apprit la langue du pays ainsi que l’anglais et devint professeur de mathématiques, sujet qu’il avait étudié du temps de ses années universitaires. De retour dans son pays sous un faux nom, il rencontra un pasteur évangélique américano-cambodgien et se mit à suivre les réunions de prières avec assiduité. Il fut baptisé par ce pasteur, sans jamais dévoiler sa véritable identité. Ce pasteur, interviewé plus tard, déclara avoir été plus d’une fois surpris par des réflexions de Kang Kek lew, du genre : “Je ne sais si mes frères et mes sœurs pourront un jour me pardonner pour les crimes que j’ai commis contre le peuple cambodgien”. Il travailla un certain temps pour World Vision International, l’agence chrétienne de secours dans les pays pauvres. Il se rendit aux autorités de son pays en 1999 et fut jugé en 2009. Il n’essaya pas d’excuser ses actes mais en assuma la responsabilité. Mené sur les lieux de la prison où il avait ordonné le massacre de tant de gens, il s’écroula sur le sol en pleurs, implorant le pardon de ses compatriotes. Beaucoup d’entre eux étaient sceptiques quant à sa conversion, imaginant qu’il se réfugiait dans la religion pour échapper aux conséquences de ses actes. Il fut condamné à la prison perpétuelle. Dieu seul sait lire dans le cœur des homme. Lui sait si sa conversion était sincère. La question est : Dieu peut-Il pardonner à Kang Kek lew ? Notre instinct naturel évalue les crimes et péchés des hommes selon une jauge ascendante. Tel a commis des péchés véniels, tel autre a commis des meurtres effroyables. Le premier “mérite” le pardon divin, l’autre non. Est-ce ainsi que Dieu juge ? Ne sommes-nous pas tous également coupables de péchés et de crimes aux yeux de Dieu ? N’est-ce pas par pure grâce que nous recevons le salut qu’aucun d’entre nous ne mérite ? De quoi réfléchir !

Bible 1 an :
Ps 53-56
Bible 2 ans :
Ez 39-40 & 2 Co 2

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email