Sur l’ascension de Christ

“Je suis venu du Père et Je suis arrivé dans le monde. Maintenant Je quitte le monde et Je m’en vais auprès du Père” Jn 16. 28

Admettons-le, Marie Madeleine était bien privilégiée : elle fut la première à rencontrer puis à reconnaître Jésus ressuscité (Jn 20. 13-17). Bouleversée, elle s’agrippa aux mains de son maître, peut-être pour L’empêcher de disparaître à nouveau. Ecoutez ce que Jésus lui dit : “Cesse de t’accrocher à Moi, car Je ne suis pas encore monté vers le Père, mais va…” (v. 17). Jésus avait déjà annoncé à Ses disciples qu’Il devrait les quitter pour rejoindre la demeure de Son Père, mais plusieurs semaines allaient encore s’écouler avant Son ascension. Quelle est l’importance de cet événement pour nous aujourd’hui ? 1- L’ascension de Jésus est un fait historique qu’aucun croyant n’a mis en doute. Ni Jean ni Matthieu n’en parlent comme si cet événement était absolument impossible à réfuter ! Tant de témoins oculaires existaient encore à cette époque. 2- L’acte de rédemption sur la Croix et Sa résurrection demeuraient liés à Sa vie terrestre, tandis que Son ascension replaçait Jésus dans Sa position initiale, celle de Roi des rois et Seigneur des seigneurs. David l’avait bien compris : “Déclaration du Seigneur (YHWH) à mon seigneur : Assieds-toi à Ma droite, jusqu’à ce que Je fasse de Tes ennemis Ton marchepied !” (Ps 110. 1). Pierre renchérit en citant David dans son discours (Ac 2. 33-35). Sans Sa résurrection notre foi perd tout son fondement, sans Son ascension s’effondre notre espoir de nous retrouver à Ses côtés et de régner avec Lui. Daniel eut l’incroyable privilège d’assister, du ciel où sa vision l’avait amené, précisément à l’arrivée de Jésus devant le trône de Son père (Dn 7. 13-14). 3- Son ascension est une preuve : a- du pouvoir que l’Esprit allait conférer sur les apôtres à la Pentecôte. b- que Son royaume n’était pas de ce monde contrairement à ce qu’espéraient les disciples. c- que son retour futur serait visible “sur les nuages” comme Son départ l’avait été. Un dernier détail : le mot grec (analambano) utilisé pour parler de l’ascension est toujours à la forme passive et veut dire : “être enlevé”. C’est Dieu le Père qui a élevé Jésus au ciel, tout comme c’est Sa puissance qui nous y élèvera nous aussi !

Bible 1 an :
2 S 19-20 & Mc 5
Bible 2 ans :
Jb 7 & 2 Co 13

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email