Le secret du caractère de Job

“Dans tous ses malheurs Job ne commit aucune faute et ne blama jamais Dieu.” Jb 1. 22

Si Dieu déclara que Job était le personnage le plus considérable de la région à l’Est de la Palestine, c’est qu’il méritait bien cette renommée ! Sa probité était légendaire, sa fortune colossale et ses propriétés immenses. Une légion de serviteurs était à son service et sa famille comptait dix enfants dont il était fier. Alors, comment ne pas se sentir très amer en perdant tout cela ? Et pourtant nous lisons qu’il ne pécha pas ni ne se révolta contre Dieu. Il affirma au contraire : “Si nous acceptons de Dieu le bonheur, pourquoi refuserions-nous de Lui le malheur ?” (Jb 2.10). Quel était donc le secret de son attitude ? Il tient à trois détails : 1- il acceptait que Dieu eût le droit de contrôler chaque aspect de sa vie. Après le passage de la tourmente sur son univers de bonheur tranquille, Job s’écria : “Même si Dieu me tue, je continuerai à placer mon espoir en Lui” (Jb 13. 15). Il savait que le dessein de Dieu a toujours pour but le bien de ceux qui Lui appartiennent. Aussi pouvait-il affirmer : “Je reconnais que tout est possible pour Toi et que personne ne peut contrecarrer aucun de Tes projets” (Jb 42. 2). 2- il était prêt à rechercher le sens ultime de ses souffrances. Ecoutez : “Ma chair peut être détruite… je sais pourtant qu’un jour je verrai Dieu… et mon cœur se languit à cette attente” (Jb 19. 26-27). Si vous perdez comme lui toutes les richesses que vous avez accumulées en ce monde, votre appréciation des choses de la vie ne peut que changer du tout au tout ! Job cessa de contempler les plaisirs éphémères d’ici-bas pour porter les yeux sur un avenir lointain où les souffrances et les pleurs seraient abolis. Ce changement de perspective allait lui permettre de supporter, sans se révolter, les circonstances les plus difficiles. 3- il reconnaissait être incapable de comprendre toutes les actions de Dieu. Au lieu de se sentir obligé d’analyser chaque situation et de se forger une raison pour l’expliquer, Job eut le courage de dire à Dieu : “J’ai osé parler de choses qui me dépassent… On m’avait parlé de Toi, mais aujourd’hui mes yeux T’ont vu” (Jb 42. 3-5). Voir Dieu à travers les pires circonstances, tel était le secret de Job !

Bible 1 an :
Pr 10-11 & 1Co 6
Bible 2 ans :
Za 13 & Mt 26

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email