Chancelant, mais pas disqualifié !

“Car nous n’avons pas un souverain sacrificateur incapable de compatir à nos faiblesses…” He 4. 15

Le mot “faiblesses” est au pluriel, car nous en avons beaucoup, même si le plus souvent nous avouons souffrir d’une ou deux au maximum ! Comme l’a si bien dit TD Jakes : “Nous cachons soigneusement nos défaites et nos difficultés, pour ne faire étalage que de nos victoires. L’inconvénient, c’est que le monde en a vite assez de nos défilés triomphants et nos exhibitions vaniteuses. Pour l’amour de Dieu et pour l’amour d’un monde qui se meurt loin de Lui, soyons plus honnêtes et comportons-nous avec franchise, dans nos relations entre nous et avec les autres.” Faiblesses, maladies, infirmités, manquements, addictions… nous souffrons tous de l’un ou de l’autre, au point d’avoir besoin, chaque jour d’une nouvelle mesure de Sa grâce pour aller de l’avant. David se débrouilla toujours très bien sur le champ de bataille, mais plutôt mal dans sa maison, malgré son intimité avec Dieu ! Cela devrait en fait nous encourager, car non seulement Dieu est miséricordieux à notre égard, mais Il se sert aussi de gens tels que nous sommes tous, en proie aux mêmes tentations et problèmes que David. Paul affirme : “Nous aussi, nous sommes des hommes de la même nature que vous” (Ac 14. 15). Seul un fou refuserait de se baisser pour ramasser un diamant tombé dans le caniveau. Malheureusement, contrairement à Dieu, nous avons trop souvent rejeté dans le ruisseau tant de diamants, tant de soldats de Christ blessés dans la bataille, à qui nous aurions dû donner une chance de se rétablir. Si Jésus, notre souverain sacrificateur a tant de compassion pour nous et nos faiblesses, ne devrions-nous pas faire preuve de la même compassion envers les autres ?

Bible 1 an :
Ex 32-34
Bible 2 ans :
Gn 28

Partager :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email