Mais qui ?

“En cours de route, le peuple perdit patience. Les gens se mirent à critiquer Dieu et Moïse : pourquoi nous avez-vous fait quitter l’Égypte ? disaient-ils. Pour nous faire mourir dans le désert ?” Nm 21.4-6

Alors que Moïse conduit le peuple d’Israël hors d’Égypte, l’éloignant ainsi de l’esclavage et le conduisant vers la Terre promise, les Israélites s’impatientent et se mettent à parler contre Dieu et contre leur guide. Ils reprochent à Moïse de leur infliger les rigueurs du désert et le manque d’eau. Tout leur devient insupportable : “notre âme est dégoûtée de cette misérable nourriture” disent-ils en parlant de la manne miraculeuse reçue chaque matin. Ils ont déjà oublié les turpitudes vécues en Égypte avec les corvées, les menaces, les restrictions et l’oppression. Il n’y a pas si longtemps, ils chantaient la délivrance et la liberté, mais la Terre promise est encore loin et l’ingratitude des enfants gâtés devient leur mode d’expression préférée. Nous pouvons trouver ce comportement indigne et odieux ; il l’est. Cependant, avant de trop critiquer la mémoire courte des Hébreux, il convient d’examiner et de vérifier si nous ne sommes pas, trop souvent, oublieux des bontés de Dieu dont nous avons profité et joui, si nous ne sommes pas prompts à manifester notre mesquinerie quand tout ne va pas aussi bien que nous le voudrions. Ne sommes-nous pas souvent et spontanément engagés dans des prières de supplication quand nous avons d’urgents besoins, quand nous espérons une intervention d’En-Haut, un miracle divin ? Puis, lorsque vient la réponse, la délivrance, l’exaucement, après un rapide “merci” murmuré, nous ne gardons pas longtemps la notion de reconnaissance due à la générosité de Dieu ! Trop vite, nous nous remettons à maugréer dès la première difficulté, dès la nouvelle résistance. Les Hébreux se montraient irrités, mais ils ne surent que susciter l’irritation – juste celle-là – de Dieu. Et cet agacement divin provoque de douloureuses réactions pour qui méprise les grâces du Seigneur. Il y a, dans cette histoire, une leçon importante pour nous aujourd’hui !

Bible 1 an :
Lv 1-4
Bible 2 ans :
Gn 31

Partager :

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email