Savoir lâcher rise au bon moment

“Par la foi, Abraham offrit Isaac en sacrifice, lorsque Dieu le mit à l’épreuve. Il se montra prêt à offrir son fils unique…” Hb 11.17

Quand Abraham quitta son pays natal, sa famille, ses amis pour partir vers une terre inconnue parce que Dieu lui avait fait une promesse spécifique, il partit “comme Dieu le lui avait dit” (Gn 12. 4). Néanmoins il emporta avec lui ses riches possessions et son armée de serviteurs. Ce n’était que le début de son apprentissage à faire confiance à Dieu. Des années plus tard, voici Abraham heureux père d’un garçon conçu grâce à un subterfuge, Ismaël né de sa relation avec la servante de sa femme. Mais cet enfant n’est pas celui promis par Dieu. Il doit s’en séparer alors qu’il a 14 ans (Gn 21. 12). C’est la deuxième étape de l’apprentissage d’Abraham. Si quitter son pays, sa culture et ses relations lui avait été relativement facile, on peut imaginer qu’abandonner son premier-né fut bien plus difficile à Abraham. Pourtant telle était la volonté divine. Parfois il nous demande d’abandonner quelque chose à quoi nous tenons beaucoup pour nous rendre davantage dépendant de Lui. Néanmoins l’apprentissage du prophète n’était pas terminé. Dieu allait mettre sa foi à l’épreuve en lui demandant de sacrifier ce qui lui tenait le plus à cœur. Qui plus est son deuxième fils, Isaac était l’enfant de la promesse divine : “Dieu dit : Prends ton fils, je te prie, ton fils unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Moriya et là, offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que Je t’indiquerai” (Gn 22. 2). En concevant Ismaël avec Agar, Abraham avait court-circuité la promesse de Dieu. Laisser partir son fils de 14 ans loin de lui était pour le vieux prophète un moyen de revenir dans le domaine des bénédictions divines. Mais cette fois c’est l’objet même de la promesse divine qui est en cause. Et Abraham réussit le test. Il a enfin appris qu’en abandonnant, entre les mains de Dieu, ce qui le compte le plus dans sa vie, il bénéficiera d’une plus riche bénédiction. Et vous, posez-vous la question : de quoi dois-je me séparer afin de jouir des pleines bénédictions de Dieu ?

Bible 1 an :
Dt 13-14 & Mt 5
Bible 2 ans :
Ex 15 & Lc 20

Partager :

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email