La vengeance ne nous appartient pas.

Ne vous vengez pas vous-mêmes…” Rm 12. 19

Chuck Swindoll raconte l’histoire de cette femme à qui son médecin affirme : “Vous avez attrapé la rage !” Elle sort immédiatement un calepin et un stylo de son sac et commence à écrire en silence. Le médecin, croyant qu’elle est en train de faire son testament, lui dit alors : “Ne vous affolez pas madame. Vous n’allez pas mourir. Prise à temps la maladie n’est pas incurable : il y a un vaccin pour cela.” “Je sais”, répond la dame, “je suis seulement en train d’établir une liste de toutes les personnes que je vais m’empresser de mordre !” La vengeance est semblable à la rage : parfois elle détruit la personne qui subit la vengeance, mais elle détruit toujours la personne qui veut se venger. La vengeance est aussi un sentiment insidieux : elle vous affirme que vous avez raison de vous comporter comme vous le faites, et vous force à vivre dans l’amertume et la pitié de soi. Elle vous empêche aussi de vous concentrer sur des choses plus importantes, elle vous avilit et vous fait adopter envers les autres une attitude que vous risquez de regretter un jour. Ecoutez : “Ne soyez pas prompts à vous venger. La vengeance ne vous appartient pas. C’est à Moi seul de juger” (Rm 12. 19). Vous n’êtes pas qualifié pour juger qui que ce soit, d’abord parce que vous ne pouvez pas sonder l’esprit de quelqu’un, ni comprendre ce qui a provoqué cette réaction qui vous a fait souffrir. Ensuite, en jugeant vous allez établir un barème de peines qui risque de se retourner contre vous : “on vous jugera du jugement dont vous jugez et on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez” (Mt 7. 2). Vous sentez-vous capable de vivre avec cela? Si on vous a fait souffrir, pardonnez ! Ensuite pour votre propre bien, remettez votre peine entre les mains de Dieu. David refusa de se venger du roi Saül et choisit de laisser Dieu exercer Son jugement au moment opportun : “Le Seigneur sera juge entre toi et moi, et le Seigneur me vengera de toi ; mais ma main ne sera pas contre toi” (1 S 24.13). Lui seul est habilité à juger autant qu’à soulager votre souffrance. Et Il le fera si vous remettez tout entre Ses mains.

Bible 1 an :
1 Ch 27-29 & Lc 22
Bible 2 ans :
Jos 2 & 2 Tm 3

Partager :

Facebook
WhatsApp
Twitter
LinkedIn
Email