Encore une autre pomme d’or !

“Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée.” Mt 5. 14

Le jour où Stuart Briscoe se porta volontaire pour les marines il annonça la nouvelle à un ami, le capitaine Horace Sidney May. Cet homme reçut la nouvelle avec joie et il déclara : “Merveilleux ! Tu vas clouer tes couleurs au mât !” Cette expression anglaise est basée sur le fait que dans le passé les marins en partant du port hissaient sur le mât le drapeau de la reine ou du roi qu’ils servaient. S’ils rencontraient des pirates ou un ennemi ils pouvaient descendre ce drapeau et hisser un drapeau blanc pour abandonner leur allégeance. Certains capitaines obligeaient un marin à clouer le drapeau de couleur de leur allégeance au mât pour que personne ne puisse le descendre pour se rendre. Ce qu’ Horace voulait impliquer c’est que si Stuart était sérieux au sujet de sa foi il devait hisser les couleurs de son allégeance à Christ en vivant sa foi devant ses pairs dans la marine. Le premier soir chez les marines, conscient que ce que son ami lui avait dit était primordial mais dans la crainte de la réaction de ses pairs, il attendit un moment où les autres marines s’étaient éloignés et il se mit à genoux pour prier. Un silence à couper au couteau régnait dans le baraquement, Stuart paralysé par la peur n’arrivait même pas à prier. Puis il commença à entendre les pas d’une trentaine de marines qui entrèrent et vinrent l’entourer. Il compta jusqu’à 25 et puis il se leva. “Qu’est ce qu’il fait ?” dit un, et un autre répondit : “Je pense qu’il priait !”, “Qui ?” “Dieu ?” “Qui est Dieu?”. Ils commencèrent à le bombarder de questions ! Cette nuit-là Stuart put non seulement afficher ses couleurs en disant qu’il était chrétien mais il put répondre aux questions de ces hommes et de plus leur expliquer comment devenir chrétien. Stuart reconnaît que si ça s’est passé comme ça, cela n’était nullement grâce à ses talents, car cette nuit là il avait très peur mais si nous affichons notre allégeance à Dieu, Dieu se sert de notre disponibilité. “Ne vous inquiétez pas d’avance de ce que vous aurez à dire, mais dites ce qui vous sera donné à l’heure même ; car ce n’est pas vous qui parlerez, mais l’Esprit Saint” (Mc 13. 11).

Ajouter comme favoris (4)
Close

No account yet? Register


Bible en 1 an

Bible en 2 ans

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *