L’animal couché à notre porte (1)

“Le péché est comme un animal couché à ta porte. Il t’attend en cachette…” Gn 4. 7

Après l’expulsion d’Adam et de sa femme du jardin d’Eden, apparemment les choses avaient peu changé pour eux. Certes ils ne vivaient plus dans l’environnement paradisiaque d’Eden, mais leur vie continuait normalement. Ils s’aimèrent et eurent des enfants, comme dans la conclusion des contes de fées. Deux garçons en l’occurrence. Puis nous lisons : “Caïn apporta des produits de la terre en offrande pour le Seigneur. Abel, de son côté, apporta des agneaux premiers-nés de son petit bétail, dont il offrit au Seigneur de très beaux morceaux. Le Seigneur accueillit favorablement Abel et son offrande, mais non pas Caïn et son offrande. Caïn en éprouva une profonde irritation… Le Seigneur lui dit : ”À quoi bon te fâcher et être abattu ? Si tu agis comme il faut, tu reprendras le dessus ; sinon, le péché est à ta porte, comme un monstre à l’affût. Il désire te dominer, mais c’est à toi d’en être le maître.” La famille avait des enfants, du travail, continuait à adorer Dieu et désirait Lui plaire. Mais soudain ce petit monde encore idyllique bascule : l’un des garçons va tuer l’autre. Pourquoi ? Parce que Dieu a accepté l’offrande de l’un et rejeté celle du second. Dieu aurait-il fait preuve de favoritisme en acceptant Abel et en rejetant Caïn ? Bien des suggestions ont été proposées pour expliquer la démarche divine : 1- Abel avait fait un sacrifice où le sang avait coulé, préfigurant ainsi la mort du Christ alors que Caïn n’avait fait qu’arracher quelques plantes et légumes. Mais la Bible ne nous dit pas que c’était le cas. 2- Abel avait offert les prémices de son troupeau alors que Caïn n’avait pas fait ce choix. Mais là encore la Bible ne nous dit rien de semblable. L’explication la plus plausible tient à ces mots : “A quoi bon te fâcher et être abattu…” Caïn exprima sur le visage ce qu’il avait dans le cœur : il ne cherchait pas vraiment à plaire à Dieu avec son sacrifice. Dieu, qui lit dans les cœurs savait que le vrai motif de Caïn était ailleurs. A ce stade-là il aurait pu revenir à Dieu en repentance, mais il choisit la voie du meurtre. Pour nous aussi la meilleure voie avec Dieu passe toujours par le repentance.

Ajouter comme favoris (7)
Close

No account yet? Register


Bible en 1 an

Bible en 2 ans

Commentaires

Une réponse à “L’animal couché à notre porte (1)”

  1. Avatar de Fries
    Fries

    Comme encore aujourd’hui
    On ne vient plus avec le sang de JÉSUS CHRIST devant DIEU ! Mais avec des fleurs, et même des arbustes !
    Mon DIEU EST LE DIEU DU SANG VERSÉ PAR L’AGNEAU… seule monsieur d échange entre lui et nous .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *