Le pardon et la mémoire, frères ennemis ?

“Si l’un de vous a une raison de se plaindre d’un autre, pardonnez-vous réciproquement, tout comme le Seigneur vous a pardonné.” Col 3. 13

Si quelqu’un vous a blessé, vous a insulté ou s’est moqué de vous, n’imaginez pas que vos efforts pour vous venger vous confèreront le moindre pouvoir sur celui ou celle dont vous avez raison de vous plaindre. Dans presque tous les cas, vos efforts échoueront et vous vous sentirez encore davantage blessé. Seul le pardon fera de vous un conquérant et vous libèrera de la souffrance qui vous a accablé un temps. Maintenant Paul nous enjoint à pardonner “comme le Seigneur vous a pardonné”, mais est-ce possible ? Quand Dieu pardonne nos péchés, Il les éloigne de nous aussi loin qu’est l’ouest de l’est ( Ps 103. 12). A Jérémie Il affirme : “Je pardonnerai leur faute, Je ne me souviendrai plus de leur péché” (Jr 31. 34). Est-ce à dire qu’Il “oublie” nos péchés ? Pas exactement ! Ne pas se souvenir n’est pas la même chose qu’oublier. “Oublier” est une faiblesse mentale, “ne pas se souvenir” est un choix délibéré. Paul nous exhorte à pardonner “comme le Seigneur”, c’est-à-dire en choisissant de ne pas nous souvenir de l’insulte ou de la blessure. Le temps peut aider à cicatriser celle-ci, mais l’important est de “choisir” de ne plus nous souvenir. Parfois nous avons besoin de prendre des décisions radicales afin d’y parvenir. Certes notre mémoire refuse parfois de prendre la seconde place, mais nous avons le choix de la manière dont nous nous souviendrons du passé. Si vos parents ont divorcé et anéanti vos rêves d’enfants, si vos propres enfants se sont éloignés de vous et ne vous expriment aucune affection, ne vous comportez pas en victime. Pardonnez-leur et choisissez de ne pas leur rappeler leurs fautes, même si votre mémoire ne peut pas effacer le souvenirs de ces moments difficiles que vous avez vécus. Dans certains cas choisir de ne pas se souvenir peut s’avérer contre-productif et dangereux. Par exemple la Bible ne nous demande pas d’oublier le mensonge et l’abus de confiance au risque que de souffrir à nouveau des mêmes blessures. Du moins ces expériences devraient aiguiser notre discernement et les choix de nos attitudes.

Ajouter comme favoris (0)
Close

No account yet? Register


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *