Le pouvoir de la soumission (3)

“Ce qui est faible dans le monde, Dieu l’a choisi pour confondre ce qui est fort.” 1 Co 1. 27

Dieu a-t-Il établi une hiérarchie de force avec l’homme au-dessus de la femme ? On pourrait presque le croire en lisant la déclaration de l’apôtre Pierre : “maris, menez la vie commune avec compréhension, en tenant compte de la plus grande faiblesse du sexe féminin…” (1 P 3. 7). Cependant, avec les Ecritures nous devons toujours éviter de prendre un seul verset comme exposant la pensée divine. Nous devons au contraire comparer versets avec versets avant d’en venir à la moindre conclusion. Par exemple dans le cas cité nous pouvons en arriver à la conclusion que Dieu a choisi les femmes, faibles par nature pour confondre les hommes, arrogants par nature ! Jérémie écrivait déjà:“Que celui qui est sage ne se vante pas d’être sage ! Que celui qui est fort ne se vante pas d’être fort… Si quelqu’un veut se vanter, qu’il se vante plutôt d’être capable de Me connaître et de savoir que Moi, le Seigneur, J’exerce la bonté, la justice et le droit sur la terre, toutes ces choses qui Me plaisent, déclare le Seigneur”(Jr 9. 22-23). Ainsi Paul pouvait se vanter de sa faiblesse (2 Co 12. 10). Les femmes chrétiennes peuvent apparaître comme faibles, mais en se soumettant à Christ, c’est alors qu’elles sont fortes. James Early suggère : “Peut-être n’avons nous pas compris correctement le verset de Pierre ! Quand il parle de la faiblesse des femmes, peut-être faisait-il allusion à leur volonté de placer leur confiance en Dieu au lieu de se fier à elles-mêmes !”Un dernier point complémentaire : la Bible nous enseigne-t-elle que certaines tâches sont spécifiques aux hommes et d’autres aux femmes ? Certains passage des Ecritures parlent de femmes servant les autres dans des rôles particuliers, comme la belle-mère de Pierre qui dès qu’elle fut guérie de sa fièvre se leva pour préparer un repas pour Jésus et Ses disciples (Lc 4. 38-40). Le nom de Marthe est donné en exemple comme étant une femme se contentant d’assumer son rôle d’hôtesse. Cependant c’est oublier qu’à d’autres moments ce sont les hommes (y compris Jésus) qui servaient les autres (Jn 6. 10-13). Jésus, tout seul prépara et servit le petit déjeuner à Ses disciples après Sa résurrection (Jn 21. 9-13). L’homme et la femme sont donc égaux aux yeux de Dieu quant à leur capacité à servir.

Ajouter comme favoris (0)
Please login

No account yet? Register


Bible en 1 an

Bible en 2 ans

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *