Premier et dernier Adam

Il a accepté d’être humilié et Il s’est montré obéissant jusqu’à la mort, la mort sur une croix.” Ph 2. 8

Avec musique
Sans musique

Dans le Jardin d’Éden, l’être humain est appelé à obéir à Dieu dans une confiance et un amour sans limite. Mais cet être est aussi libre et peut refuser le programme proposé. Avec le risque d’en mourir ; tel est l’avertissement. Si la désobéissance mène à la mort éternelle, Dieu propose cependant une deuxième chance passant par le retour (conversion) pour retrouver l’accès à cette vie perdue. Et cela correspond bien à un salut offert. Ce plan de secours, le plan de salut, existe de toute éternité. Sachant que la désobéissance est inspirée par la tentation d’un ennemi du genre humain, Siméon déclare, dans le Temple, en voyant l’enfant Jésus : “Béni soit le Seigneur, le Dieu du peuple d’Israël, parce qu’Il est venu secourir Son peuple et l’a délivré ! Il a fait lever pour nous une force qui nous sauve. C’est ce qu’Il avait annoncé depuis longtemps par les prophètes de Dieu : Il avait promis qu’Il nous délivrerait de nos ennemis et du pouvoir de tous ceux qui nous veulent du mal” (Lc 1. 68-71). L’Ancien comme le Nouveau Testament attestent que c’est Dieu qui sauve. Nos forces ne sont d’aucun secours quelque soit notre bonne volonté. Et aucune autre divinité esquissée ne le peut davantage. Luc précise, à sa manière, que Dieu apparaît comme le Sauveur en la personne de Jésus, le Fils incarné. Il rapporte un propos de ce Fils : “Je suis venu chercher et sauver ce qui était perdu” (Lc 19. 10). Pour que le développement n’échappe à personne, Paul, l’ancien pharisien et parfait connaisseur des Écritures, expliquera aux chrétiens de Rome : “Par la désobéissance d’un seul une multitude de personnes sont tombées dans le péché ; de même, par l’obéissance d’un seul une multitude de personnes sont rendues justes” (Rm 5. 19). Ainsi donc, Jésus sauve l’humanité enfermée par la désobéissance en la rendant juste (amnistie, grâce) vis-à-vis de Dieu par Son obéissance parfaite. Telle était la mission du Christ qui confie à Ses disciples : “Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui M’a envoyé et d’accomplir Son œuvre” (Jn 4. 34).

Ajouter comme favoris (0)
Please login

No account yet? Register


Bible en 1 an

Bible en 2 ans

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *