Quand une bonne chose devient une idole (2)

“Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, il faut, de même, que le Fils de l’homme soit élevé, pour que quiconque croit ait en Lui la vie éternelle.” Jn 3. 14-15

Pourquoi Dieu a-t-Il dit à Moïse d’agir ainsi ? Ne pouvait-Il pas guérir les Hébreux comme Jésus le fit plus tard avec les dix lépreux ? Certes, mais Il voulait que les personnes mordues par les serpents venimeux lèvent la tête vers leur salut et acceptent que leur guérison ne dépendait pas d’eux, mais de la seule grâce divine. Le serpent, qui représentait les péchés que Jésus allait porter à la croix à notre place, n’était qu’un symbole, pas une idole devant laquelle les Hébreux devaient se prosterner, pourtant il devint une idole pour tout Israël au cours des siècles qui suivirent. Que s’est-il passé ? Les Hébreux oubliérent la véritable signification du serpent d’airain, comme ils avaient oublié en son temps la raison pour laquelle Moïse était resté sur la montagne de Sinaï pendant quarante jours. Ils avaient conservé le serpent comme une relique et se mirent à lui offrir des sacrifices au lieu d’en offrir à Dieu seul. Sept siècles plus tard le roi Ezéchias le détruisit :”C’est lui qui… mit en pièces le serpent de bronze que Moïse avait fait, car les fils d’Israël avaient brûlé de l’encens devant lui jusqu’à cette époque : on l’appelait Nehoushtân” (2 R 18. 4). Parfois de bonnes choses, même instaurées par Dieu peuvent accaparer notre cœur au point de devenir des idoles. La seule solution est de les détruire une fois pour toutes. Avez-vous pris des habitudes qui sont devenues trop importantes dans votre vie pour vous permettre d’apprécier votre relation avec Dieu ? Des bénédictions matérielles qui occupent aujourd’hui une place de choix dans votre vie ? Ron Reid suggère par exemple l’importance grandissante des réseaux sociaux dans notre vie de chrétien. Certains chrétiens ont mis en ligne des pages sur Facebook ou autres avec l’intention de partager leur foi avec d’autre personnes, ce qui est une bonne chose. Mais que se passe-t-il quand cette activité prend le dessus et qu’ils oublient de passer du temps en compagnie de leur Père céleste, trop occupés qu’ils sont à gérer leur réseau social ? Serait-il temps de réfléchir sur ce danger et d’agir en fonction de nos découvertes ?

Ajouter comme favoris (7)
Please login

No account yet? Register


Bible en 1 an

Bible en 2 ans

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *